La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre - Winston Churchill

 

La Bataille de Lorraine est une des batailles les plus méconnues de la Seconde Guerre Mondiale. Pourtant elle est l’une des plus importantes et des plus meurtrières…

Eminuit autem inter humilia supergressa iam impotentia fines mediocrium delictorum nefanda Clematii cuiusdam Alexandrini nobilis mors repentina; cuius socrus cum misceri sibi generum, flagrans eius amore, non impetraret, ut ferebatur, per palatii pseudothyrum introducta, oblato pretioso reginae monili id adsecuta est, ut ad Honoratum tum comitem orientis formula missa letali omnino scelere nullo contactus idem Clematius nec hiscere nec loqui permissus occideretur.




 

Le 15e CA rejoint la 7e Armée

 

L’été avançant, l’offensive “ Dragoon ” qui depuis plus d’un mois conduisait les troupes allemandes d’un bout à l’autre du Sud de la France s’arrête. Ce qui est connu des quartiers généraux de la 7e Armée comme une “ crise sur le front Ouest ” est en train de s’installer et les mois d’automne 1944 s’annoncent être une période critique à la fois pour les Américains et les forces ennemies.

Le PC de la 7e Armée se déplace “ à saute-mouton ” depuis la côte à Saint-Tropez vers Brignoles, Grenoble, Lons-le-Saunier et Vesoul, derrière ses Divisions de combat se déplacent rapidement. Jusqu’au 1er octobre, lorsque le poste de commandement s’installe à la caserne Bonnard à Epinal, les Quartiers généraux ne sont pas restés plus de 12 jours consécutifs au même endroit. Deux de ces mouvements, de Brignoles à Grenoble et de Grenoble à Lons-le-Saunier ont pour longueur  à vol d’oiseau 155 et 135 miles (N. d. T. : 1 mile égale environ 1,609 km). Les Quartiers généraux de la 7e Armée se fixent à Epinal pour deux mois pendant que leurs unités s’engagent dans des avancées très lentes à travers les Vosges.

Lire la suite...

15e CA - Historique

15e Corps d’Armée des Etats-Unis

15e CAMAJ. GEN. Wade H. Haislip

Lunéville, le 16 septembre 1944, les allemands sont incapables d'occuper la ville complètement, lorsque le 15e Corps reprend le secteur le 20 septembre  1944 . Le Général Haislip demande immédiatement au Général Wyche Cdt la 79e Division d'Infanterie d'extirper les derniers défenseurs allemands et l'obtention de deux zones densément boisées à l'Est, les forêts de Parroy et de Mondon. Les deux forêts flanqués de routes principales menant à Sarrebourg, fournissent la couverture et la dissimulation pour les forces allemandes qui gardent les abords de la trouée de Saverne et devront être éliminées avant que le 15e Corps puisse se déplacer vers l’Est.

Lire la suite...

106e Escadron de Cavalerie US

106e Escadron de Cavalerie - 121eEscadron de Cavalerie 

Armée des États-Unis
1944 - 1945

~ Honneurs au combat ~ 

Aisne-Marne-Oise-Aisne 1918
Alsace Lorraine 1918
Champagne 1918
Saint-Mihiel Meuse Argonne 1918
Normandie 1944
Nord de la France 1944
Rhénanie 1944-1945
Allemagne centrale 1945

  Croix de Guerre avec Palme - Lunéville 1944
Croix de Guerre avec Palme - Caen Falaise 1944

 

106e ESCADRON DE CAVALERIE

Insigne du 106e escadron de cavalerie USLa troupe B du 106e Escadron marche sur Charmes de nuit, 160 km sont parcourus depuis le point de départ sans carte, seulement des morceaux de photos indiquant quelques villes. Le lieutenant Grave prend une patrouille et part en direction de la ville afin de repérer les positions ainsi que les forces ennemies. Alors qu’il retourne sur ses anciennes positions, il rencontre le 313e R I de la 79e Division d’infanterie qui arrive pour relever la troupe.

Lire la suite...

La mémoire d'un enfant de chœur en 39-40 - 2ème partie

Récit de Pierre PONCET

2ème partie: de mai 1942 à septembre 1944

 

Mai 1942

Le 1er mai 1942 pourra être fêté, proclame un communiqué, à condition de ne porter sur soi rien de rouge, cette couleur étant considérée comme subversive.

L’Echo Lunévillois célèbre dans ses colonnes la première distribution de jambon depuis 18 mois, en tous cas pour tous ceux qui ne se ravitaillent pas directement à la ferme ou au marché noir.

Le Maire recommande aux services municipaux d’économiser les enveloppes qui se font rares. Bien des courriers peuvent être fermés par une simple bande.

Lire la suite...

La mémoire d'un enfant de chœur en 39-40 - 1ère partie

 Récit de Pierre PONCET

1ère partie: de septembre 1939 à avril 1942

 

J’avais 11 ans en 1939

Je suis de la génération de Jean Lhote de la communale.

J’étais comme lui enfant de chœur, lorsque le 1er septembre 1939, nous arrive à la radio, en fin de matinée, la nouvelle- énorme-bouleversante-de l’irruption des troupes allemandes en Pologne.

Stupeur angoissée de la famille nouée autour du poste toutes ces journées…

Ma famille habitait à l’époque place des Carmes, vis-à-vis de la caserne La Barollière (8e dragons).

J’ai vécu intensément depuis quelques semaines les prémices de la déclaration de guerre.

Lire la suite...