La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

Attaque de chars allemands à Arracourt le 19 septembre 1944

C'est le compte-rendu personnel de mes actions avec le 37e  Bataillon de chars et mon engagement avec 12 chars Mark V (Panther). J'ai  parlé avec plusieurs personnes impliquées lors de cette bataille, compte tenu du temps séparant cet événement et notre rencontre, plusieurs choses apparaissent floues. J'ai tiré les conclusions que l'équipage de mon char était le seul à engager le combat et détruire les 9 chars (Panther) notés ce jour et endommagés 3 autres.

Vous verrez dans ce compte-rendu qu'il était impossible pour le Major Hunter, le Capitaine Spencer ou le Capitaine Leach d'avoir été témoin de mes actions. J'ai écrit au Capitaine Spencer afin de lui narrer l'action et lui demander de proposer de décorer mon équipage et celui du Lieutenant De Creanes pour leur contribution à l'attaque. Je lui ai décrit la bataille, détaillant les chars allemands détruits et, parce qu'il y avait un léger doute sur les possibilités d'autres participants, j'ai revendiqué uniquement 6 chars détruits, cependant je savais que nous les avions tous détruits. Le Capitaine Spencer avait du recevoir ma lettre comme quoi l'historique du 37e bataillon avait crédité mon équipage de la destruction de 6 chars allemands. Je ne sais pas si Spencer avait suggéré des décorations comme je l'avais demandé, il n'était pas tout à fait pour. J'ai appris que Spencer avait essayé sans succès de me contacter après la guerre mais il disparu l'année précédant mon arrivée à l'association de la 4e Division Blindée et ma rencontre avec les survivants de cette bataille.

Au retour de mon service avec le 37e, en mars 45, personne ne me questionna à propos de la bataille, ni sur les chars détruits.

Une demande du Major Richard H.Barnes d'informations pour sa thèse "Arracourt 44", publié en 83, m'a encouragé à relater mes actions dans cette période.

A 6h00, le 53e et le 37e étaient en place à Lunéville.

A 8h00, une brigade de chars allemands attaquait près de Lezey, 2 compagnies de chars guidaient l'assaut, avaient repoussé nos troupes et progressaient vers Arracourt. La Cie  B du 37e était rappelé et quittait la position à 11h00 environ et prenait une position de défense à ½ mille à l'Est d' Arracourt. La Cie A du 37e arrive de Lunéville vers 13 heures et va tout de suite aider la compagnie B 37.

Le 3e peloton  était posté pour protéger le PC du CCA. Peu après avoir atteint le voisinage du poste de commandement, mon char devenait inopérable et je pris le char de mon sergent. Nous étions restés en observation des allemands. Ils tirèrent quelques obus dans notre secteur, mais sans conviction.

Un des chars de la compagnie B  avait été touché en quittant le groupe avec leurs armes antichars. Le Major Hunter avait avancé la tête de notre groupe de 2 miles pour relever une unité de la compagnie C du 37e et le 704 TD pour surveiller le secteur. Un char allemand était au sommet d'une colline à 1500 yards  et son équipage au sol. J'ai pointé mon canon sur lui et j'ai tiré une munition HE sur lui. Je savais qu'un AP n'aurait pas fait assez de dégâts à cette distance. Le char  répliqua en tirant un AP. A 16h00, le Major Hunter décida de passer rapidement devant avec les compagnies A et B (15 chars au total). La compagnie A était à gauche et la B à droite. J'étais à l'extrême gauche et alors que nous avancions, je vis un "Mark 5" sur le sommet d'une colline à 700-800 yards de nous avec son équipage qui travaillait sur le moteur. J'ai pointé mon canon et j'ai tiré un AP dans le compartiment du char, l’équipage s'est enfuit à pied. J'ai alors aperçu l'infanterie allemande et j'ai commencé à les suivre le long d'une vallée, cela nous a directement mené à un de leur bivouac avec 5 "Mark 5".

Arracourt

COINCOURT vue rapprochée du char, on distingue 3 chars à gauche

 

J'ai immédiatement ouvert le feu et nous avons eu ces chars, un coup dans le compartiment moteur et un coup dans la tourelle. Alors que nous étions engagés, j'ai tenté d’appeler Spencer pour évaluer sa situation et leur apporter de l'aide. Je n'ai pas pu le joindre (le char de Spencer avait été touché). L’équipage du Lieutenant De Creane tirait inconsciemment. Je leur ai ordonné de quitter la bataille. Mon char a éliminé 4 chars sur les 5, un se déplaçait lentement après qu'on l’a touché. Je commençais à viser pour le finir quand 3 "Mark 5" sont entrés dans ma ligne de mire. Nous avons ouvert le feu et les avons détruits. Je commençais à me déplacer quand 3 autres arrivèrent, nous les avons détruits en deux coups de AP chacun excepté pour le dernier, que nous avons touché au compartiment moteur et immobilisé. Nous avions un répit pour recharger. Le char allemand fit une rotation avec sa tourelle et tira un obus sur notre tourelle, tuant le chargeur, blessant gravement le tireur (2 jambes cassées), le chauffeur (à la tête) et moi-même (13 blessures) au pied gauche, la jambe et au tendon d'Achille. Le premier tir m'a touché dans la tourelle et le second m'a éjecté à terre. J'ai regardé en l'air et j'ai vu le char du Major Hunter approcher de la zone de tir des chars allemands, je me suis alors levé pour l'avertir du danger. La nuit tombait et il a rappelé les unités à se rassembler à un endroit. Nous sommes allés récupérer les autres blessés de mon char. Après que le char de Spencer a été touché, le capitaine Leach, pris ses chars sur la droite, forma une ligne d'attaque et vint nous rejoindre au bivouac, mais il était trop tard pour m’aider. Je ne sais pas pourquoi seulement 9 "Mark 5" allemands étaient déclarés détruits alors que mon équipage en avait détruit 9 et touché 3 autres, les immobilisant.

Arracourt

COINCOURT : char Panther détruit lors de la journée du 19 septembre, les allemands perdent 50 chars ce jour là

 

Information supplémentaire à propos de la bataille d'Arracourt.

1) Le fait que c'était notre action contre les chars "Mark 5" allemand, après avoir commencé à avertir de ne pas chercher le combat avec les "Mark 5" tant que nous n'avions pas chargé.

2) Le 37e Tank Bataillon a été forcée de réagir contre les "Mark 5" parce qu'ils étaient les seuls en position. Le Lieutenant Colonel Creighton Abrams commandant le secteur de Lezey a arrêté la première attaque allemande avec les compagnies C et D. Les allemands ont traversé Lezey et ont attaqué le Quartier Général du CCA à Arracourt. Les compagnies A et B ont été rappelés des autres secteurs et ont défendu le CCA. Les allemands se sont repliés au voisinage de Réchicourt.

3) La tâche des forces de Hunter (les compagnies A et B) ont commencé un balayage du secteur pour localiser et détruire les forces allemandes.

4) Personne n'a été témoin de cette action. Tous les combattants étaient arrivés avant que  la compagnie B ai bougé sur le flanc droit, se rassemblant sur une ligne et attaquant sur la crête de la colline. Le capitaine James Leach a mené ses chars dans le secteur tirant quelques obus sur les chars allemands postés ici. (James Leach s'était retiré peu de temps après comme  Colonel et instruisait les jeunes à propos de la bataille d'Arracourt deux fois par an à Fort Knox). Il a affirmé (une réponse à mes questions) que les chars allemands avaient leurs canons dirigés vers le secteur de la compagnie A, que leurs tirs n’ont pas fait mouche et qu'ils n'avaient fait aucun mouvement de repli contre leurs tirs.

5) Le Major Hunter aurait été le premier à récompenser les équipages des deux chars.

6) Le 37e Tank Bataillon était au combat dans le secteur d'Arracourt pour environ 2 mois. Je crois que le Capitaine Spencer avait essayé de soumettre une recommandation de décisions et qui d'une manière ou d'une autre était retardé. Le Capitaine Spencer fut sérieusement blessé le 10 novembre 1944 à la colonne vertébrale. Il a survécu et a vécu plusieurs années. Il mourut en 1980. J'ai été informé plus tard par un ami commun qu'il avait essayé de me contacter après la guerre.

7) Le Lieutenant Colonel ABRAMS, du 37e bataillon de chars était présent lors de l'action de Lezey ou les chars allemands furent repoussés. 4 étoiles en or et 2 étoiles de bronze furent délivrées au personnel de la compagnie C pour leurs actions.

Arracourt

 Général Wood commandant la 4e Division Blindée

 

8) Le Colonel  Bruce C. Clarke (CCA C.O) avait été très intéressé et pris quelques actions.

9) Le major John. S. Wood (commandant la 4e division blindée) avait vraiment été très intéressé par cette bataille. Il avait relaté l'action au Général Georges Patton qui avait apprécié et utilisé l'information pour montrer aux médisants que les chars M4 américains avec le calibre 75 mm pouvaient tenir contre les Panther Mark 5 allemands.

10) Malheureusement cela n'est pas arrivé. Les Capitaines Spencer, les généraux Abrams, Clarke, Wood et Patton étaient morts et je n'étais pas encore sur le point d'achever mon effort déterminé afin d'avoir des décorations pour les équipages des 2 chars pour leurs actions à Arracourt.

11) J'atteindrais l'âge de 80 ans en avril, j'apprécierais une récompense pour les équipages des deux chars. L'équipage du Lieutenant De Creanes, mon chargeur et mon tireur devraient être récompensés. Je sais que mon tireur de tourelle est en vie et je pense que mon conducteur est encore vivant à ce jour et vit dans le New-Jersey. Je crois que ce serait dans l'intérêt de l'armée et des forces armées de remettre ces récompenses.

 

La bataille d'Arracourt fut une entière expérience et presque un miracle qu'un char M4 américain puisse engager le combat et détruire 9 Mark 5 allemands et immobiliser 3 autres en moins de 7 minutes.

Mon équipage est à ce jour constitué de :

Chef de char: James TURNER (WIA)

Tireur: chas. ADAM EMHARDT (WIA)

Chargeur: George C. MOORE (KIA)

Conducteur: Albert RYLAK (WIA).

Tireur de tête: Harold D. MC INOZ (WIA)

 

LIEUTENANT  JAMES TURNER

COMPAGNIE A  - 37e TANK BATAILLON